Déséquilibre : coupable ou non coupable ?

Déséquilibre est une pièce écrite par Romain Trevisan, mise en scène par Iman Kerroua et jouée par la Compagnie Certes. Torturé entre justice et vengeance, Déséquilibre a su émouvoir, indigner voire choquer son public parisien.

Déséquilibre affiche

Synopsis : Au croisement d’un théâtre réaliste, presque cinématographique, et de la comédie absurde, « Déséquilibre » relate l’histoire d’un jeune homme abattu par accident par les forces de l’ordre.

Une fois cet équilibre rompu, le texte ne s’efforce pas à démontrer la culpabilité ou l’innocence du jeune homme, ni à souligner la responsabilité des forces de l’ordre. Il s’agit plutôt d’observer les conséquences de ce fait divers sur la palette de personnages qui sillonnent la pièce – entre la brutalité du monde réel et l’aseptisation absurde du monde judiciaire – afin de proposer au spectateur de décider de l’issue de la pièce.

Notre avis : Le public entre dans la salle pendant que Maurice (Conrad Leroy) lit tranquillement son journal. Le jour se lève, Paris s’éveille ? Les Forces de l’Ordre (Emma DuvalYasmine Hadj AliJean-Marc Dethorey) font une descente. Le père et la mère (Isabelle Hétier) sont réveillés. La Police cherche leur fils (Yanis Kerroua). Le fils est arrêté. Ils l’embarquent. Le fils tente de s’enfuir. Et là c’est le drame.
Ce moment très intense et dure met en place le contexte. Que penser ? C’est la faute de la Police ? C’est la faute du fils ? C’est la faute des parents ?

Déséquilibre veut juste montrer les faits, le processus judiciaire et la pression médiatique afin de laisser le public se faire son propre opinion.

Malgré l’atmosphère assez pesante, la pièce se mélange avec la comédie absurde. Entre un certain Charles (Romain Trevisan) en tant qu’avocat de la défense légèrement foireux, une juge (Iman Kerroua) et le greffier (Grégory James) robotisés par le processus judiciaire et le procureur mégalomane (Vincent Noutary) qui récite la définition de la Justice comme une sorte de mantra, Déséquilibre dénonce. Le monde judiciaire ne voit plus que des cas et non des hommes.
Nous avons aimé le détail des costumes trop larges des avocats (Auraient-ils les poches pleines ?) et les automatismes de la juge (Parlez librement ! ou la scène où elle signe les documents est absolument géniale).

Tout au long de la pièce, le spectateur forge son opinion et le donnera au final car la pièce se veut interactive. La salle devient un tribunal et le public un jury (JE LE JURE!).

Déséquilibre est une pièce qui agace, mais dans le bon sens du terme ! Le système judiciaire corrompu, la pression médiatique (La radicalisation ? Sérieusement ?!), le manque d’humanité,… La pièce est rythmée, même lors de changement de décor la musique est oppressante !

A travers les personnages joués par la Compagnie Certes, on voit différentes facettes du système. Déséquilibre vous bouscule et vous fait réfléchir sur notre société actuelle. Sommes-nous coupable de ne pas réagir ? A vous de décider !

Infos pratiques :

Adresse : Paris, en festival en France et en Suisse
Infos & Réservations
http://www.lacompagniecertes.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s